Bienvenue

Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir. Pour revenir à l'affichage de la page du blog, cliquez à côté de la photo.

samedi 18 novembre 2017

Tuto en images : réaliser un sarouel sans patron


Récemment, je suis allée chez ma fille Bé qui pour la soirée avait sorti de sa commode un sarouel que lui avait rapporté son père d'un de ses voyages. Jolie couleur, beau tombé, tissu fluide. J'ai eu envie de voir comment il avait été réalisé. Le lendemain, j'ai pris le sarouel, l'ai mis sur l'envers et ai observé. Je m'étais promis d'essayer dès que le temps me le permettrait. Ce fut ce matin.
Pour la petite histoire, j'avais déjà essayé de faire des sarouels il y a bientôt une vingtaine d'années, sans patron et – à cette époque – sans Internet, mais ce n'était pas satisfaisant. Entrejambe pas assez ample. Depuis, j'ai fait plusieurs pantalons amples style les jolis pantalons aux tissus et aux motifs multicolores tels qu'on en trouve dans les pays africains, mais je n'avais jamais retenté le sarouel.
J'ai donc découvert le mystère du sarouel en observant attentivement celui de ma fille. A priori, un carré de tissu plié en triangle. Mais j'ai remarqué que les coutures des côtés étaient un peu décalées, l'une un peu plus sur le devant, l'autre un peu plus sur l'arrière. Est-ce cela le secret du joli tombé (sans compter que la fluidité du tissu y joue également un rôle important) ? 
Je n'ai pas ce genre de tissu à ma disposition, j'ai donc fait avec ce que j'avais. Un grand pagne rapporté d'Afrique pour moi par un ami africain. Par chance, je n'en avais encore rien fait. Je me suis fait un mini-modèle dans une feuille de papier. Un carré que j'ai découpé puis plié dans le sens de la diagonale. Ensuite j'ai pris mes mensurations : hauteur de jambes, depuis la taille jusqu'aux chevilles, et largeur des hanches. 
J'ai mesuré la largeur de mon pagne africain : pas assez de largeur. J'ai donc assemblé deux longueurs ensemble pour pouvoir obtenir plus de largeur puis ai découpé mon "carré" (160 x 160). figure 1.

Pour les hanches, j'ai prévu large afin d'être à l'aise : 100 cm. J'ai tenu compte du fait que j'allais redécouper 10 cm de chaque côté (pour l'effet couture sur l'avant, couture sur l'arrière) et j'ai découpé mon tissu de façon à avoir 120 cm au niveau de la taille et des hanches (taille qui sera ensuite resserrée par un élastique). J'ai ensuite mesuré la taille des jambes (de la taille aux chevilles), dans mon cas 90 cm + 2 cm pour les coutures. Ensuite, j'ai coupé en triangles pour le bas des jambes (chevilles). figure 2.
J'ai ensuite découpé une bande de 10 cm allant de la taille aux chevilles SUR UNE SEULE FACE DU TISSU. J'ai fait la même chose SUR L'AUTRE FACE DU TISSU. figure 3.

Voici ce que cela donnait (une face n'est pas visible mais elle est identique). figure 4.

J'ai ensuite assemblé les côtés, endroit contre endroit, A PARTIR DE LA TAILLE.

 Après ma découpe de 10 cm, je n'avais plus la même longueur sur chacune des faces pour un même côté. Après avoir cousu à la machine, j'ai recoupé un peu l'excédent de tissu aux chevilles.





Pour la taille, j'ai découpé une bande de tissu dans le biais du tissu restant. Si je n'avais plus eu de tissu, je me serais contentée de replier le tissu pour faire une bande pour y passer un élastique. J'ai cousu ma bande de tissu à la taille. J'ai prévu deux coulisses plutôt qu'une pour y passer deux morceaux d'élastique (sur le sarouel de ma fille, c'était carrément des smocks).


En cousant la bande de la taille, je me suis rendue compte que j'avais omis de faire des poches. Il n'y en avait pas sur le sarouel de ma fille mais j'aime bien avoir des poches dans mes vêtements, surtout dans ce genre de vêtements. J'ai donc découpé des pièces de tissu pour faire une première poche que j'ai positionnée et cousue après avoir redécousu légèrement la couture de côté à l'endroit choisi. Comme je travaille au feeling, je l'ai positionnée un peu trop bas. J'aurais pu défaire et la placer plus haut mais je m'en accommoderai. Par contre, j'ai aussitôt opté pour faire une deuxième poche de l'autre côté, placée un peu plus haut cette fois.



Il ne me restait plus qu'à aller acheter de l'élastique. Étant donné que le seul magasin qui faisait encore de la mercerie dans ma ville a fermé récemment et que je me refuse à acheter des accessoires de mercerie au supermarché (vendus hors de prix), je suis allée dans un bazar où j'ai trouvé de l'élastique souple à 0,95 € les 5 mètres (le même est vendu 5,49 € chez Match, et encore je ne suis pas sûre qu'il y avait 5 mètres d'élastique dans le blister). 
Rentrée chez moi, j'ai passé mes bouts d'élastique dans les différentes coulisses (taille et chevilles).


Et voilà, j'ai pu enfin me vêtir de mon joli sarouel super confortable 😊



Je souris toute seule en voyant la photo car j'ai encore dans une main le bonnet que j'avais dû mettre pour sortir dehors acheter l'élastique : chez moi, c'est la région la plus glaciale de France depuis des semaines et des semaines. 

mardi 24 octobre 2017

Petite information

Sur  mon blog de peinture, je viens de rapatrier Contes Récits et Nouvelles, ainsi que  cet espace Couture et Bricolage même si cet espace est bien déserté par moi également. 

La couture, c'était surtout dans des années où n'existaient ni l'accès à Internet que nous connaissons aujourd'hui, ni les blogs, ni même les appareils photos numériques et nos habitudes récentes de tout prendre en photo. Toutes ces réalisations ont donc disparu avec le temps qui passe. 

mercredi 15 février 2017

Déguisements pour Carnaval

Carnaval approche et cela m'a donné l'idée de ressortir de vieilles photos - les unes plus anciennes que les autres - de déguisements que j'ai pu faire à une occasion ou une autre. Tout n'est pas là, comme d'habitude, puisque les photos numériques n'existaient pas (l'argentique coûtait cher), les blogs non plus, et donc pas de raisons particulières de faire étalage de ce que je faisais. C'était surtout apprécié de mes enfants et de mon entourage.
Pour "Black Swan", j'ai retrouvé des montages que j'avais faits, sans doute avec Photophiltre, et je les ai laissés tels quels. Les photos dataient de décembre 2009 il me semble mais le costume a resservi à ma fille cette année (décembre 2016), les ailes en plumes en moins. Nous ne les avons pas gardées.
 
En images et par ordre alphabétique - n'oubliez pas de cliquer sur les photos pour les voir en plus gros.
 
Abeille - "Maya l'abeille"

Babar (improvisé vite fait en dernière minute)

Babar

Batman


Black Swan

Black Swan

Black Swan

Black Swan

César et Cléopâtre

Coccinelle

Gros Secret (improvisé également à la dernière minute)

Léopard et Princesse
 
Léopard et Princesse 

Mickey et Minnie

Minnie et Mickey

Minnie et Mickey

Pierrot et le Clown

Princesse Bé.

Princesse Bé.

Tortue Ninja
 

Réparer un blouson de cuir - tuto rapide en images


 
L'un de mes fils ayant montré à l'un de ses amis comment j'avais réparé son blouson (voir ici), son ami s'est souvenu qu'il avait un blouson de cuir qu'il ne met plus cause grosse coupure dans le cuir au niveau d'une manche. Mon fils lui a dit que sa maman (moi en l'occurrence) allait sans doute pouvoir lui arranger cela J

Aussitôt dit, (presque) aussitôt fait. Mon fils m’a apporté le blouson vers 2 h 30 du matin dans la nuit d’avant-hier à hier, me demandant si je voulais voir si je pouvais faire quelque chose. Bien entendu, je dormais, et j’ai répondu que cela pourrait attendre le lendemain J
 
 

Hier, dans l’après-midi, nous regardons ensemble le blouson et j’estime que c’est faisable. Je dois par contre aller acheter du fil de même couleur que celui du blouson. Comme ce dernier est extrêmement lourd, pas question que je l’emmène avec moi au centre-ville à la mercerie. Les photos étant incapables de saisir la bonne couleur, j’ai dû trouver quelque chose d’une couleur analogue pour pouvoir acheter le tubino de fil.
 

Ce matin, au lever, je me suis attelée à l’ouvrage. Comme pour le blouson précédent, je découds la doublure à l’intérieur de la manche pour pouvoir travailler sur l’envers du cuir. Le blouson est un assemblage de grosse toile de coton et de cuir. Je découds coutures et surpiqûres.



Ensuite, toujours comme le précédent blouson, je « triche » un peu avec la bande de cuir qui est déchirée pour l’amener à hauteur de la couture de la manche.
 


J’ai tout d’abord épinglé puis cousu à la machine à coudre, ma machine étant équipée d’une aiguille pour travailler le cuir.

Je regarde ce que ça donne sur l'endroit.
 
 
Puis je dois refaire une surpiqûre. J’ai acheté du fil de coton standard, et non du gros fil épais comme sur le blouson à l’origine. Je ne suis pas sûre que ma machine soit étudiée pour coudre du gros fil de coton. Tant pis, je fais de mon mieux.
 

Par contre, le cuir ayant donc été déplacé par rapport à l’origine, les surpiqûres précédentes ont laissé de petits trous dans le cuir et là, je ne peux rien faire. Peut-être ces petits trous disparaîtront-ils avec le temps et l’usage.
petits trous laissés dans le cuir par l'ancienne surpiqûre

En tout cas, le résultat n’est pas trop mal.
 

J’en ai profité aussi pour réparer la doublure qui s’était trouée à l’intérieur de la manche à cause de l’usure. Ensuite, j’ai recousu l’autre couture de la manche que j’avais dû découdre sinon je n’aurai pas pu travailler la surpiqûre sur ma machine à coudre, malgré le bras-libre, puis j’ai refermé la doublure de la manche. Voilà, le blouson est prêt et mon fils va pouvoir le rendre à son ami.